Reprise en main du forum ─ Les inscriptions sont interdites !
Pour toute réservation d'avatar, vous avez la possibilité de poster dans la section invité !

Partagez | 
 

 You're all of my lights

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

▌Age : 27
▌Copyright : dodixe
▌Célébrité : Dianna Agron
▌Double-compte : Alix & Iseult
▌Messages : 39
▌Puissance : 284
▌Age du personnage : 22 ans
▌Your Job : Servante
▌Where are you ? : Camelot City
▌Grade : Descendants
▌Camp : Bien
▌Mode rp : Demandez, demandez
Sarah B. Hunt
MessageSujet: You're all of my lights   Mar 17 Avr - 14:58


ARTHUR & SARAH
    Lorsque Sarah ouvrit les yeux ce matin là, elle eut le réflexe de se demander si ses parents étaient réveillés, si sa mère allait venir la secouer pour qu’elle se lève pour aller à l’école. Mais rapidement, cette sensation de se trouver bien au chaud dans son lit se transforma en une crainte qui lui serra l’estomac. Elle n’était plus à son époque, elle n’était plus auprès des siens, elle n’était plus en sécurité. Heureusement pour elle, Sarah avait fait la rencontre de Merlin, le jeune homme était d’une grande aide. Il l’avait aidé à s’intégrer dans cette époque qui n’était pas du tout la sienne et dont elle ne connaissait rien. Se retrouver tout d’un coup au service de quelqu’un, c’était tout nouveau pour Sarah qui avait toujours connu la liberté. Les coutumes étaient différentes ici, elle devait faire très attention à ses actes et ses paroles, tellement de personnes avaient été puni par Uther pour une faute commise, une faute qui serait passée inaperçue à l’époque de Sarah.
    Elle finit par se lever, une longue journée l’attendait, elle n’avait pas le tems de trainasser au lit. Et elle eut raison car cela à peine dix minutes qu’elle venait de s’habiller que Merlin entra dans ce qui lui servait de chambre pour lui annoncer que le château de Camelot attendait un invité et qu’elle devait rejoindre les autres serviteurs pour se voir attribuer une tâche. La blondinette ronchonna, cela allait lui faire perdre du temps sur les corvées habituelles qu’elle avait déjà, mais de toute manière, elle n’avait le choix. Elle va donc rejoindre les autres serviteurs dans les cuisines du château, en compagnie de Merlin. Ce dernier eut la chance de ne se voir attribuer aucune autre corvée supplémentaire, ce qui attira la jalousie de beaucoup d’autres serviteurs. Sarah eut le droit, en plus de ce qu’elle devait faire habituellement, se voir attribuer le service durant tous les festins organisés par Uther. Elle retint un soupire, ce n’était pas le moment de se faire remarquer, et puis, cela avait au moins l’avantage de lui occuper l’esprit. Lorsqu’elle pensait à sa situation, à ce qu’elle vivait, elle tournait facilement dans un état de stress inquiétant, et ce n’était pas bon pour sa santé déjà bien fragile.

    Sarah prit ensuite le chemin des appartements du prince, la matinée était bien avancée et elle devait s’occuper de sa chambre, puisque Merlin était occupé ailleurs. Arthur… Le simple fait de penser au jeune homme faisait sourire Sarah. Elle n’avait jamais pensé qu’un jour elle pourrait faire la rencontre du célèbre roi Arthur, mais encore moins d’en tomber amoureuse. Elle n’arrivait pas à croire qu’elle était tombée sous le charme de quelqu’un comme lui, et pourtant, à chaque fois qu’elle posait son regard sur lui, les battements de son cœur s’accéléraient. Tout autour d’elle s’effaçait, ne la laissant plus qu’en compagnie d’Arthur.
    Il y a peu de temps, elle avait écrit un poème, dans lequel elle lui déclarait sa flemme, elle avait encore honte de son geste. Non pas qu’avouer ses sentiments l’avait dérangé, c’était plus de connaitre la réaction du prince qui l’angoissait. A la manière dont il la regardait, elle savait qu’il avait lu son poème, mais elle n’en savait pas plus sur ce qu’il avait pu en penser. Depuis, il fallait bien l’avouer, Sarah tentait de le croiser le moins possible, alors, comme aujourd’hui, elle croisait les doigts pour qu’Arthur ne soit pas dans sa chambre lorsqu’elle reviendrait remettre tout en ordre.

    Elle frappait trois coups à la porte de la chambre d’Arthur, et finit par y entrer après s’être assuré que personne ne s’y trouver. Elle eut un petit sourire en voyant l’état de la chambre du jeune Pendragon. A croire qu’il retournait sa chambre toutes les nuits… Des vêtements étaient éparpillés un peu partout, son armure trainait dans un coin et il avait du grignoter dans la nuit car une assiette était posée sur sa table de chevet.
    Sarah commença à remettre de l’ordre dans la pièce, ramassant tous les vêtements, rangeant ceux qui étaient propres, faisant un petit tas avec ceux qu’elle allait devoir laver. Elle entendit alors la porte s’ouvrir derrière elle, et dans un bond, elle se retourna. C’était Merlin qui venait d’entrer dans la chambre du prince.

    « -J’ai oublié de prendre l’armure d’Arthur ! » dit-il complètement essoufflé.

    Sarah la lui indiqua d’un signe de la main accompagné d’un petit rire, c’était du Merlin tout craché. Tête en l’air, il oubliait souvent certaines choses, mais c’était ce qui faisait son charme après tout. Merlin la laissa de nouveau seule, et Sarah s’attaqua au lit. Soulevant les draps, elle était en train de refaire le lit lorsqu’elle entendit de nouveau la porte s’ouvrir.

    « -Tu as oublié autre chose Merlin ? » lança t-elle avec un grand sourire en se tournant une nouvelle fois.

    Mais son sourire se figea lorsqu’elle reconnut Arthur. Elle baissa aussitôt les yeux, tournant le dos au prince pour continuer ce qu’elle était en train de faire.

    « -Je suis désolée Sire, je vous ai pris pour quelqu’un d’autre… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité Invité
MessageSujet: Re: You're all of my lights   Mar 17 Avr - 21:40




« YOU'RE ALL OF MY LIGHTS »


Le réveil avait été quelque peu difficile ce matin là. D'autant plus que Merlin, comme à son habitude, était venu me sortir de mon lit sans que je n'eus quoi que ce soit à lui dire. D'après ce que j'avais compris la veille, le château devait s'attendre à recevoir de la visite ce jour là. Il fallait dire que les choses étaient encore floues, surtout lorsque Merlin ouvrait violemment les rideaux pour faire entrer le jour dans ma chambre. J'étais là, étalé sur le ventre dans mon lit, un œil à demi ouvert pendant que l'autre était enfoui dans mon oreiller. Je donnais l'impression d'avoir été assommé et que le choc m'avait laissé légèrement hagard. La voix forte de mon serviteur me mettait dans un état de lassitude avancé, je n'avais nullement l'envie de me lever ce matin là. Je me mis à marmonner en demandant pourquoi je devais me lever. La réponse fut que je devais me laver. J'aurais au moins préféré manger avant. Comme réponse il me fourra une brioche aux raisins dans la bouche. Sur le coup j'eus tout simplement envie de vomir. Je m'ôtais la brioche de la bouche pendant que Merlin s'affairait à je ne sais quoi.
Toutefois j'étais encore bien trop peu réveillé pour me plaindre. Me tournant alors vers lui, je le regardais griffonner avec une plume sur un bout de papier. Mais qu'est-ce qu'il avait aujourd'hui? Il voulait devenir un serviteur modèle? C'était loin d'être gagné s'il voulait mon avis. Et moi je n'avais qu'une envie, m'en retourner dans le sommeil. Tandis que je lui tournais le dos, Merlin s'approcha de moi et me saisit par les épaules pour me faire sortir du lit. Ce ne fut pas sans me débattre que je me retrouvais par terre avec mes draps. Le lit en vrac, je ne bougeais pas du sol. « Vous vous débrouillez bien Arthur. » dit il avec un sourire en coin pendant qu'il allait chercher ma chemise accrochée sur un mur grâce à un cintre. Dans un soupire et encore grincheux d'avoir mon plafond à regarder, je ne pouvais que lui rendre la réplique « Je ne suis pas trop de ton avis. »

N'en faisant toujours qu'à ma tête Merlin vint me relever pour me donner ma chemise. Je n'avais décidément envie de rien ce matin là, même pas de lancer un quelconque objet à la tête de mon serviteur. J'avais l'impression que mon traitre de lit m'appelait pour que je m’immerge dans les draps afin de replonger dans le sommeil. « Vous devenez peu à peu un très bon et futur roi. » J'eus l'impression de rêver, il venait de tendre le bâton pour se faire battre en me disant une telle chose. « Et toi tu es toujours un aussi mauvais serviteur. » Je pris alors la chemise et l'enfilais sans plus y mettre de cœur. Avant de me tourner vers Merlin qui mettait en vrac mes affaires pour trouver mon épée et le reste de mon armure, mais sans grande réussite. Habituellement il était beaucoup plus lent. Dans soupire j'allais finir de m'habiller derrière mon paravent et quittait la pièce qui était dans un désordre dans nom. Il fallait dire que cette nuit là j'avais eu un peu de mal à trouver le sommeil, notamment parce que j'avais très peu manger la veille et que dans la nuit j'avais eu faim. Bien que je ne devais point avoir l'appétit de Gauvain.
Je passais alors une longue heure à veiller que tous les préparatifs avançaient convenablement, ne sachant l'heure exacte de l'arriver de l'invité pour lequel serait donné un bon banquet. Sans doute un vieil ami de mon père. Le temps m'échappait sans que je pu le retenir, d'autant plus qu'avec tout cela, je devais retourner dans ma chambre pour aller méditer sur quelques textes et mettre un peu d'ordre dans mes documents. Je réussi tant bien que mal à m'échapper pour retourner dans ma chambre, même si l'envie de dormir m'eut passé. Mes pas résonnaient dans les couloirs tandis que je passais devant quelques gardes qui surveillaient les lieux. Ma main gauche sur le pommeau de mon épée, je la maintenais contre mon flan pour éviter de faire taper le fourreau contre ma cuisse, car c'était une sensation assez désagréable que de se faire frapper à chaque pas que l'on faisait.

J'arrivais enfin devant la porte de ma chambre. Sans attendre j'ouvris celle ci. Que ma surprise fut grande lorsque je la découvris. C'était la jolie blonde qui avait fait chavirer mon cœur tandis que j'apprenais à la connaitre. Elle venait cependant de me prendre pour Merlin. Sans doute qu'il avait du passer un peu avant moi pour récupérer mon armure. Ça je l'avais bien remarqué qu'il était parti plus ou moins sans quand j'avais quitté ma chambre. Je ne pouvais alors faire qu'une plaisanterie au sujet de la tromperie de la Douce « C'est bien la première fois qu'on me prend pour Merlin... Je suis aussi tête en l'air que lui? » Je ne pu m'empêcher de sourire en voyant la gène de la demoiselle face à son erreur. Rapidement elle se replongea dans sa besogne et le sourire qu'elle avait affiché à mon entrée s'effaça bien trop rapidement à mon goût. Mais je savais ce qui la mettais dans cette état là. C'était la lettre qu'elle m'avait écrite. Jamais je ne lui avais laissé transparaitre quoi que ce soit face à mes sentiments pour elle, tout simplement parce que je ne le devais pas. Mais au fond de moi j'avais été touché pas son écriture, ravis de ce qu'elle m'avait marqué sur le papier. Cela se lisait d'ailleurs dans mon regard à chaque fois qu'il se portait sur elle. Bien que depuis qu'elle me l'avait faite parvenir, je la voyais beaucoup moins. Je me dirigeais alors vers mon bureau derrière lequel je m'assis, lui lançant un regard au passage. « Tu ne me déranges pas. » dis je alors pour éviter qu'elle ne fuit parce que j'étais là. C'était là un bien plus agréable rayon de soleil que ceux qui avaient percé ma fenêtre dès lors que Merlin eut ouvert les rideaux.


Dernière édition par Arthur Pendragon le Mer 18 Avr - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

▌Age : 27
▌Copyright : dodixe
▌Célébrité : Dianna Agron
▌Double-compte : Alix & Iseult
▌Messages : 39
▌Puissance : 284
▌Age du personnage : 22 ans
▌Your Job : Servante
▌Where are you ? : Camelot City
▌Grade : Descendants
▌Camp : Bien
▌Mode rp : Demandez, demandez
Sarah B. Hunt
MessageSujet: Re: You're all of my lights   Mer 18 Avr - 10:06


ARTHUR & SARAH
    La jeune servante avait beau se trouver dans la chambre du prince, cependant, elle ne s’était pas attendue à le voir débarquer à ce moment. Elle le pensait occupé dans la salle du trône en compagnie de son père. Et puis, Sarah n’était pas très douée pour cacher sa gêne, chose qu’elle aimerait pouvoir changer, cela lui éviterait des moments comme celui qu’elle était en train de vivre. Elle se trouvait furieusement ridicule d’agir de la sorte, mais elle ne pouvait s’empêcher de se sentir intimidée par la simple présence d’Arthur. A chaque fois qu’elle se trouvait en sa compagnie, Sarah devenait toute timide, il lui fallait un certain temps pour s’habituer à sa présence, à passer outre le fait qu’elle était en train de parler à un futur roi. Et ce n’était pas facile à faire lorsque l’on connaissait la légende d’Arthur et de Merlin…
    Ce n’était pourtant pas la première fois que Sarah discutait avec Arthur, ils avaient déjà passé plusieurs longs moments à discuter, faisant presque oublier à la jeune femme qu’Arthur n’était pas un jeune homme comme les autres. Pourtant, dans ces moments, il se comportait presque comme tel, il plaisantait avec elle, osait de temps à autres quelques confidences, mettant de côté son rang social et celui de Sarah. C’était surement ce qui l’avait poussé à écrire ce poème, cette complicité naissante entre les deux jeunes gens l’avait charmé, et depuis, ses pensées étaient sans cesse occupés par Arthur.

    « C'est bien la première fois qu'on me prend pour Merlin... Je suis aussi tête en l'air que lui? »

    Sarah sentit aussitôt ses joues se réchauffer, elle rougissait à vue d’œil, et heureusement pour elle, Arthur ne pouvait pas le voir. Que pouvait-elle répondre ? Bien sur que non, Arthur et Merlin n’avaient quasiment rien en commun, et surtout pas cette manie d’oublier les choses importantes. Ils étaient cependant tous les deux loyaux et courageux. Mais ils étaient surtout complémentaires, depuis qu’elle connaissait le caractère des deux jeunes hommes, elle avait le sentiment que l’un sans l’autre, ce n’était pas possible. Et même si Arthur passait son temps à taquiner le pauvre Merlin, il était facile de voir qu’une relation forte s’était créée entre eux.
    Sans le voir, Sarah entendit Arthur prendre place à son bureau.

    « Tu ne me déranges pas. »

    Pour seule réponse, Sarah fit un petit signe de tête comme pour acquiescer, elle ne le dérangeait peut-être pas, mais elle ne s’attarderait pas dans sa chambre, il était hors de question qu’elle soit une source de dérangement pour lui. Elle termina le lit, arrangea quelque peu la chambre en essayant de faire le moins de bruit possible. Lorsqu’elle eut terminée, il ne lui restait plus que la vaisselle à amener en cuisine pour qu’elle soit nettoyée, et le linge sale dont elle allait s’occuper par la suite.
    Prenant place devant le bureau d’Arthur, les mains occupées par le linge, elle l’observa un court instant. La lumière du soleil colorait ses cheveux de reflets dorés, elle illuminait ses traits parfaitement dessinés, il ressemblait à un ange. Puis, s’arrachant à sa contemplation, elle prit la parole d’une petite voix.

    « -Je suis désolée de vous déranger Sire, j’ai terminé votre chambre, avez-vous besoin de quelque chose avant que je vous laisse ? »

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité Invité
MessageSujet: Re: You're all of my lights   Mer 18 Avr - 18:30




« YOU'RE ALL OF MY LIGHTS »


Le nez dans mes papiers, je ne pouvais m'empêcher de jeter quelques coups d’œil à la jeune femme. Toutefois je ne pouvais me résoudre à afficher un léger sourire aux coins des lèvres, sans doute prendrait elle cela pour une moquerie et alors ses joues deviendraient rouge de honte. Certes j'aimais à plaisanter des gens, mais jamais à me moquer de ceux que j'appréciais en mon cœur. Alors je la laissais vaquer à ses occupations puis qu'elle avait été affecter à ranger ma chambre, même si j'aurais préféré que Merlin le fasse. Toutefois j'appréciais sa discrétion, j'avais bien conscience qu'elle essayait de me gêner le moins possible. Elle ne savait pas que sa présence m'était agréable, que j'aurais pu rester l'observer sans rien dire, un léger sourire en coin parce que j'appréciais de la voir. Mais non, j'avais le nez rivé dans les papiers, les documents et autres paperasses fort ennuyeuses. Je ne voyais que chiffres et lettres tracés à la plume d'oie. D'autant plus qu'avec ce soleil dans le dos je me retrouvais avec mon bureau tout illuminé alors que le dossier de ma chaise me faisait de l'ombre. J'avais juste une envie, c'était de tout envoyer en l'air. Décidément j'aurais mieux fait de rester coucher ce jour là. Tandis que je lisais un unième document, je sentis le regard de Sarah sur moi. J'hésitais un instant à lever la tête avant de finalement le faire pour la regarder, les bras remplis de mon linge sale. Ce fut une petite voix timide qui s'échappa alors de ses lèvres. Et je restais là à la regarder en réfléchissant puis je lui répondis dans la foulé « Oui, quand tu auras fini, j'aimerais que tu me ramène mon armure si Merlin à fini. Sinon prends simplement mon épée, je risque d'en avoir besoin pour l'entrainement tout à l'heure. »

Ainsi la laissais-je quitter la chambre, me laissant bien pensif et toujours assis derrière mon bureau. J'eus alors le temps de ranger mes papiers et sorti par la porte habituellement empruntée par Merlin quand il voulait me fuir. Cette porte donnait sur un couloir qu'arpentaient soldats serviteurs pour ne pas avoir à croiser les nobles et les chevaliers. Il y avait dans ce couloir quelques bouquets de fleurs qui donnaient de la couleur à ce lieu un peu trop unicolore. Je me mis alors moi aussi à l'arpenter comme si de rien n'était. Ainsi pouvais-je profiter d'un peu de solitude sans pour autant avoir à me retrouver barricader dans ma chambre. Bien que je devais reconnaitre l'avoir fait une ou deux fois lorsque j'étais petit garçon. Aujourd'hui tout cela était loin et totalement différent. Je pris alors une fleur avec des pétales d'un violet pâle dans d'un des bouquets et m'en retournais dans ma chambre afin de revêtir une de mes vestes en cuir sombre. Il fallait aussi penser à l'entrainement des chevaliers que j'aurais dans quelques temps. Beaucoup de chose me trottait dans la tête mais à chaque fois j'en revenais à Sarah et le plaisir que j'avais eu à la découvrir dans ma chambre bien qu'elle m'eut pris pour Merlin. A cette pensée j'eus un sourire amusé. Il était vrai que cela n'arrivait jamais de nous confondre. Mais c'était bien parce que la demoiselle était différente, semblant venir d'un autre monde.
Je revins alors dans la chambre et allais m'asseoir à table posant la fleur devant moi. Je joignis mes mains devant moi, me plongeant dans une intense réflexion. Je devais faire le point, me souvenant alors de la rencontre que j'avais faite dans la forêt non loin d'un village, tandis que je faisais le tour du royaume pour rendre visite au peuple le plus discrètement possible. Là bas je fis la connaissance d'une bien étrange Dame dont le visage ne m'était pas étranger. Il y avait nombres des choses que je me devais encore de connaitre. Rien n'était bien simple. Il suffisait de tendre l'oreille pour entendre les différents bruits qui animaient le château. Ils donnaient tout leurs sens aux actions des hommes et des femmes présents. Le tout ainsi fais, rendait ces bruits indivisibles les un des autres. A moins bien sûr d'aller à la source pour les faire cesser. Mais à quoi bon? Même un château remplit de mort avait ses propres sons. Cette divagation auditive me permis de me souvenir des sons provoqués lorsque deux lames de fer se heurtaient l'une à l'autre. Tandis que deux cœurs amoureux battaient à l’unisson. Tout cela était une musique bien étrange aux oreillers de celui qui ne comprenait mots.

Il y eut un silence, puis des pas dans le couloir. Ils étaient légers quoi qu'ils semblaient un peu encombrés. La porte de ma chambre s'ouvrit alors, il en fut de même pour mes yeux qui regardaient maintenant droit devant, légèrement plongé dans le vide. Mes mains toujours jointes, je donnais l'impression d'être figé comme une statue. Et puis d'un seul coup, mon regard se tourna vers la personne qui venait d'entrer. Parfois je devais reconnaitre qu'il m'arrivait de réagir ainsi, mais seulement lorsque j'étais en pleine réflexion et que rien ne pouvait venir me troubler à moins que je ne sorte moi même de la torpeur dans laquelle je me trouvais. Je fini par me lever sans dire mot.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You're all of my lights   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're all of my lights

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Friday Night Lights ~ Partneariat
» baby when the light go out.
» Version n°21 : City lights
» One way or another, I'm gonna see ya. I'm gonna meetcha, meetcha, meetcha, meetcha. One day maybe next week ,I'm gonna meetcha. I'll meetcha i'll meetcha. And if the lights are all out I'll follow your bus downtown see who's hangin' out ℛ Shanti
» we’ll be burning up like neon lights.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Of Camelot ::  :: 
Les Oubliettes
 :: 
Topics
-