Reprise en main du forum ─ Les inscriptions sont interdites !
Pour toute réservation d'avatar, vous avez la possibilité de poster dans la section invité !

Partagez | 
 

 Prophétie de Minuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité Invité
MessageSujet: Prophétie de Minuit   Sam 21 Jan - 16:08

Chapitre I : le commencement


5h30, vendredi 13 octobre 1888. Une calèche s’avance dans les rues sinueuses de Paris. C’est calme et tranquille on entend le vent souffler entre les maisons. La calèche s’arrêtera dans la grande avenue de Paris Est. Devant celle-ci une grande et majestueuse maison; maison non, un manoir d’une grande beauté s’élevait là. Un porche et des encadrements en bois noble et sombre, monté sur trois étages, il paraissait sombre et lumineux à la foie. Ses fenêtres donnaient une magnifique ouverture sur l’intérieure du manoir.
Le valet mais aussi conducteur de la calèche descendit et ouvrit la porte de celle-ci et un homme en sorti puis lui-même aida une jeune femme a descendre.
Elle était grande et mince. On pouvait voir sa beauté au rayon de la lune. Ses cheveux étaient noirs au reflet cuivrer et raide lui arrivant au milieu du dos, ils brillaient de mille feux avec les reflets des rayons de lune, on ne pouvait pas savoir sa vrai couleur de cheveux car leur couleur changeai avec son humeur, elle pouvais avoir les cheveux noir et le lendemain rouge, blond ou même blanc. Ses yeux étaient d’un bleu azur envoûtant. Une peau aussi blanche et douce que la neige, et sa robe rouge se marié a perfection avec ses formes généreuse. A sont physique elle avait un caractère tout aussi unique. Calme et douce mais tout aussi provocateur : courageuse, impulsive, et ayant le goût du sacrifice pour les autre même un peu trop, elle avait seize ans même si elle fessait plus jeune.
Lui, il était grand et beau. Ses yeux clairs nous donnaient l’impression qu’il nous regardait au lus profond de nous. Tout comme sa fille il était pâle, à ses vêtements d’une grande finesse on remarquait son rand de comte. Ses cheveux noir attacher en queue de chevale révélait toute le splendeur de sa fierté. Il avait l’esprit de l’honneur et du bonheur. Courageux et attachant, tous deux si aimable et respectueux, d’une gentillesse inégalable, loyale et ayant un esprit de famille exceptionnel. Ils étaient nobles d’allure mais aussi de cœur. Ils se tenaient l’un a côtés de l’autre, le père dépassent sa fille que d’une trentaine de centimètre.
La jeune femme s’avança dans l’allée de pierres qui menait à la porte, l’herbe était impeccablement parfaite et les rosiers qui bordaient la demeure étaient taillés les plus finement. Elle poussât la porte dans un grincement aigue.

-- Cela manque de graisse, dit elle avec un sourire.

La jeune femme s’avançât dans la demeure et frissonna. L’intérieure était meubler de meuble en chêne foncer certain était broder de velours rouge ou pourpre. D’extérieur on aurait put croire que c’était abandonné, mais non.

--Ulrich, appelât-elle.

Le valet là rejoignit.

--Voulez-vous rétablir les chandelles et allumer un feu dans toutes les pièces de vie.
-- Bien, Mademoiselle.

Et le valet partit.

-- Dans toutes les pièces de vie ! s’exclama son père.
-- Exactement. Ne m’attendez pas pour le dîner je vais directement me coucher. Quel froid on se croirait en haute montagne, dit-elle en se frottant les mains.
-- Je vous trouve bien frileuse pour une fille de pays froid, dit son père en posant son manteau sur le divan.
--Et bien moi, je trouve que vous y êtes pas assez, lui dit-elle avec un grand sourire en montant les escaliers qui menait au premier étage.

Le comte ne mangea même pas et aller se coucher.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité
MessageSujet: Re: Prophétie de Minuit   Sam 21 Jan - 16:10

Chapitre II : Une nouvelle imprévue

Il se réveilla deux heures plus tard. Il passa sa matinée à ranger sa grande bibliothèque. Sa fille le rejoignit à neuf heures, alors qu’il était debout depuis sept heures et demie.

-- Bien dormit ? demanda l’homme a son enfant.
-- Très bien, cela m’a fait le plus grand bien. Contrairement a vous j’en avais besoin pour ma santé, car sans, je croit que cela l’aurai atteint.
-- Que voulez vous dire ?
--Que les vampire n’on pas besoin de dormir ou d’autre besoins de mortels, se qui a le don de les rendes égoïstes.
-- Combien de temps compter vous me faire des réflexions comme celle-ci, demanda le comte en s’arrêtant devant le rayon des I.
--Tous le reste de ma vie, et comme je suis a moitié immortelle je pense que vous allez me supporter pas mal de temps, lui dit-elle en prenant un livre et commencent a l’aider.
-- Vous êtes vraiment unique ! Murmurât-il
-- Croyez vous vraiment pour moi une mortelle, qui a bien sûr des sentiment et du savoir vivre, que c’est facile tous les jours de savoir que sont père est le fils du Diable et que depuis un peu plus que quatre cent ans il tue avec joie pour se nourrie.
-- Je suis vraiment désoler de vous avoir entraîner dans ma vie de… d’immortel, mais j’ai voulut que vous quittiez la Transylvanie car j’ai peur que ma réputation vous mette en danger.
-- Mais de quoi ?
-- De ceux qui pour la gloire ou par devoir voudraient me tuer.
-- Et pourquoi ils voudraient me tuer. Je ne suis pas comme vous.
-- Non, mais vous êtes ma seule faiblesse.

Elle laissât tomber un livre. C’était la première foie depuis qu’elle l’avait retrouvé qu’il disait une chose qui indiquait qu’il avait de l’affection pour elle.

--Je croyais que c’était les loups-garous qui avaient le pouvoir de vous tuer.
-- Imaginer que par mal chance ils vous aient en otage en faisant un marché croyait vous vraiment que je les laisserai vous tuer pour avoir d’une certaine façon la vie sauve, et bien non, je croit que je ne suis pas devenu se que je suis il y a quatre cent ans pour jouer les destructeur la perte de votre mère fut terrible j’avais servit l’église tant d’année pour m’abandonner, et m’enlever le seul être que je chérissait, expliqua t-il en prenant le livre par terre et lui rendant.

-- Je ne savais pas que c’était à cause de ça que vous aviez pactisé avec le Diable.
-- Et bien maintenant vous saviez les raison de la créature que je suis devenu. En parlant de ça savez vous qu’il y a un loup-garou dans la ville.
-- A paris !!! S’exclama la jeune femme
-- En effet, il est apparut hier soir c’était marquer dans le journal de se matin. Il y a le témoignage de l’agresser.
-- Est-il blessé ?
-- Non, il l’a fait fuir grâce a sont arme.
-- Le seul homme de Paris a avoir un pistolet et des balle d’argent est se très cher Antoine Maret.
-- En effet et j’aurais penser allé le voir cet après-midi pour lui parler, viendrez vous avec moi ?
-- Bien sûr et peut êtres qu’il auras d’autre livre de collection pour vous.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité
MessageSujet: Re: Prophétie de Minuit   Sam 21 Jan - 16:52

Chapitre III : La rencontre

La jeune femme préparât le déjeuner pour elle et Ulrich, qui fut succulent d’après lui. Puis ils partirent pour la demeure d’Antoine Maret. C’était une grande maison par rapport au autres, elle était couleur chaume et les poutres voyantes étaient en bois clair. Lorsque le comte sonna c’est un homme grand plutôt maigre, les cheveux brun et les yeux noisette qui leur ouvrit. Les trois personnes se saluèrent respectivement. La fille du comte voulut poser quelques question quand ils arrivèrent dans le salon où ils virent qu’ils n’était pas seul. C’était un homme grand ni trop gros ni trop maigre. Les cheveux blond or lui arrivant à l’épaule et ébouriffer, les yeux verts noisette. Il était habillé en sombre, un grand manteau de cuir noir ainsi que le chapeau et un foulard au cou de la même couleur.

-- Je vous présente M…
-- Van Helsing, finit la femme.

Celui-ci et Antoine se retournèrent vers elle.

-- Vous êtes connu dans toute l’Europe, qui ne vous connais pas ? On peut dire que votre réputation vous précède puisque vous êtes vu par certaines personnes comme un assassin, dit elle comme une excuse.
-- Voici le comte Dracula et sa fille, Katrina, présenta Antoine Maret.
-- Vous parler de ma réputation, Mademoiselle, mais je pense que celle qui me considère comme un assassin n’est rien a côtés de celle de votre père. D’ailleurs c’est étonnant qu’un mort-vivant ait une fille.
-- Je ne suis pas comme lui, je suis la fille qu’il a eu lorsque qu’il était mortel se qui ma donner la faculté d’être a moitié immortelle.
-- Donc j’espère que vous avez une durée de vie plus longue que la normale et que vous n’avez pas une alimentation anormale.

Elle aller répliquer lorsque sont père intervint :

-- Voyons ne somme pas là pour nous chipoter le chignon mais sur la santé notre cher Antoine. Dit nous se qui c’est passer.
-- Et bien c’est un peu compliquer, alors que je fermait ma bibliothèque au centre de Paris j’ai entendue comme un grognement et là j’ai vue arriver une créature qui devait faire plus de deux mètres et elle a essayer de me griffer et de me mordre et par réflexe j’ai pris mon arme et j’ai tiré il à reçue le balle en plaine poitrine a pousser un hurlement et s’est enfuit.
-- Est-ce que c’était un loup-garou Européen ou Transylvanien ? Demandât Katrina.

-- Comment pourrai-je le savoir, je ne savais pas qu’il y avait deux sortes de Lycanthrope, mais il était maigre étonnamment maigre comme si il manquait de nourriture et presque pas de poile.
-- Alors c’était un Européen, je suis bien contente que vous ayez rien mon cher, vous auriez put y passer.
-- Mais j’en jurai que j’ai entendu le garou dire une phrase avant de m’attaquer, je n’est pas très bien compris mais je crois qu’il disait quelque chose comme si il avait rien contre moi.
-- Intriguant, cette histoire de loup-garou qui parle, non. Comment sa se fait qu’il ai la capacité de parler ? S’intrigua Van Helsing

-- Car certains, les plus puissant, pourrai garder leurs consciences pendant leurs transformations, expliqua Katrina, mais pourquoi attaquer si il n’avez rien contre vous, étrange.
--Et bien je vais faire un rapport et j’espère pouvoir vous aider, dit Van Helsing en se levant.
-- Je vous remercie de m’avoir entendu et que vos supérieurs aient accepter de m’aider, le remercia Maret en se levant a son tour.
-- Comte, mademoiselle, salua t-il en mettant son chapeau puis il sortit.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité
MessageSujet: Re: Prophétie de Minuit   Sam 21 Jan - 16:58

Chapitre IV : Un discours inutile


Lorsqu’ils rentrèrent chez eux, Katrina avait l’air perplexe.

-- Que vous arrive-t-il ? Lui demanda son père
-- Cela me laisse perplexe son histoire de loup-garou.
Elle était plongée dans ses pensées quand Ulrich vînt la voir.
-- Mademoiselle, il y une lettre pour vous.
-- Merci bien.

Elle là lue et sauta sur place de joie.

-- Une bonne nouvelle, je suppose ? Demanda son père
-- Oui en effet, Isabeau est dans le coin elle compte me rendre une visite cet après midi.
-- Je voie que votre meilleure amie ne vous oublie pas !
-- Comment peut on oublier une personne comme moi !! Dit elle surexciter en montant les marche trois par trois. Le midi elle ne mangea point tellement l’excitation là prenait, mais elle avait fait un repas pour Ulrich.

A trois heures moins dix, on frappa à la porte. Katrina alla ouvrir et sauta au cou de son amie. Elle aussi grande qu’elle, on n’aurai pu dire si elle étai châtain ou rousse sa peau étai un peu blanche et son visage étai claire et angélique : c’était une mortelle, très jeune car elle avait l’age de sont amie. Elle n’avait qu’un moins de différence. Elles passèrent le reste de l’après-midi ensemble à naviguer dans le manoir ou allant dehors. Il était dix-sept heure quand la jeune fille repartie.
Le soir a table, alors qu’elle et Ulrich dînaient, son père était sur le divan, penseur.

-- Cela va faire trois jour que vous vous n’ êtes point nourri, je m’étonne de dire une telle chose mais aller chasser je ne veut pas que vous me fascié un mal aise par manque de nourriture.
-- Ne vous inquiétez pas pour moi.
-- Et bien je me permets de m’inquiéter, si vous ne mangiez pas, je vous obligerai à me mordre !!!
-- Puisque vous insistez, dit il en se levant, puis il se téléporta comme font les vampires.

Le soir au lit elle réfléchissait, l’histoire du loup-garou la tracassait, soudain elle se relevât brusquement ayant compris la chose. Elle se levât pris du papier a lettre et écrit, ouvrit la porte et dit a Ulrich de donner cette lettre a Monsieur Maret au plus vite. C’était donc sa, le lycanthropes en avait pas contre Antoine Maret mais contre son père , l’approche a distance le meilleur moyen pour un résultat parfait, on l’approchait en douceur pour le tuer.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité
MessageSujet: Re: Prophétie de Minuit   Dim 22 Jan - 16:01

Chapitre V : Une vérité cachée


Le lendemain, aux nouvelles, on apprit qu’un fermier avait trouvé un homme mort dans ses champs une balle d’argent dans la poitrine. La nouvelle se répandit vite dans Paris et bientôt tout le monde parlait d’une malédiction jeter à cet homme, l’œuvre du Diable. Le même jour Katrina reçue la réponse de sa lettre, son ami avait du mal a croire se qu’elle lui apprenait, disant d’évité de faire sortir son père la nuit. Mais comment empêcher un vampire de se nourrir ??
Au déjeuner elle essayât de mettre en garde son père, mais rien y fit il assurait qu’il ne craint rien et que le garou en question était mort. Katrina avait beau lui répéter qu’une personne connaissant comment le tuer en avait après lui !!Elle passât le reste de sa journée chez Antoine Maret pour lui expliquer la situation.

--Alors c’est bien au prés de votre père que cette attaque était mener !! dit celui-ci.
--Pas directement, vous êtes l’un des rares mortels, je dirai même le seul à qui mon père fasse confiance et qu’il ne vide pas !! C’est une attaque psychologique, jamais il ne permettra qu’un mortel meure à cause ou pour lui, il est bien trop fier !!!Aider moi à savoir qui en a après lui . Appeler se Van Helsing je suis sûre qu’il sait quelque chose.
--Bien . Antoine se levât écrivit un mot et l’envoyer par petit courrier, une demi-heure plus tard le chasseur était là.

--M Van Helsing, il me semble que vous saviez plus de choses que vous le dite. Soit vous avouer soit cela se fera par la force !!
-Bien puisque vous insister .Le Vatican, ma donner cette mission car ils pensaient pouvoir faire deux coups d’une pierre. Ils pensaient laisser faire le Lycan faire se qu’il avait à faire et ensuite s’en…débarrasser .
--Donc la seule chose que vous aviez à faire c’est d’attendre que mon père se fasse tuer et après vous aurez tué le garou .
--Oui en effet . Je sais bien que cela n’est pas honnête mais c’est mon travaille mademoiselle !!
--Votre travail !! Je trouve qu’il est bien différent que celui que vous aviez dans le passer !!S’écria la jeune femme.

--Quoi ?? Que connaissez vous de mon passé ? Moi même je n’en ai aucun souvenir .
--Et je trouve que dans un sens ce n’est pas plus mal !!Vous ne savez point qui vous êtes, les seuls souvenir que vous aviez se sont ceux qui commence au moment où le Vatican vous a recueillit . Et bien moi je vais vous dire qui vous êtes .
--Je vous écoute !! Dit van Helsing d’un ton moqueur.
--Vous êtes nul autre que l’archange Gabriel.
--l’archange Gabriel ??
--En effet . Il y a 400 ans de cela Il vous a donné la mission de tuer mon père lorsque qu’il était encore mortel car il était trop…sanguinaire et dangereux pour l’équilibre qui régner entre le bien et le mal !!Sauf qu’il était coriace pour un mortel, même vos pouvoir d’ange restait quasiment sans effet sur lui, donc vous vous êtes allier avec les Turcs, ses infidèles qui envahissait la Valachie. Se qui vous a permit de mener a bien votre mission en le transperçant avec sa propre épée, vous lui aviez coupé le doigt pour prendre sa bague en signe….de victoire. Mais vous n’aviez pas prévu que les Turcs mettraient à feu et à sang la ville et le château, et devant mon père qui agonisait attendant la mort, le croyant mort ma mère se suicida devant mes yeux alors que j’avais que 3 ans, la seule chose qui me reste d’elle c’est son collier !! C’est là Qu’il fit le pacte avec le Diable pour devenir ce qu’il est, pour se venger, et d’après lui aussi me protéger. Mais vous étiez pas loin voyant qu’il était toujours vivant vous aviez décider d’utiliser la force, mais il fut trop fort et vous aviez finit dans un sacré état .Tel que vous n’aviez plus la force de retourner au Paradis vous êtes allé donc au Vatican vous saviez qu’ils vous soignerez, mais cet acte de faiblesse vous a punit en quel que sorte, Dieu vous a retirer vos pouvoirs, votre mémoire et vous a couper vos ailes. A votre avis ses cauchemars que vous faites, se sont des scènes de batailles !! Se sont les souvenir les plus « récents » de votre vie d’archange.

Sous le choc Van Helsing s’assit.

--J’imagine se que vous devez ressentir . De plus vous avez gâché la vie d’une de vos protégées !!

Il la regardât complètement perdu.

--L’archange Gabriel protège tout ceux qui sont née sous les signe zodiacale du bélier, du Taureau, du Capricorne et du Sagittaire, je suis Bélier.
--Vous voulez dire que tout ses flash qui me revient est de souvenir de bataille mené à différentes époques ??
--Oui, il me semble que vous vous souvenez d’avoir combattu les romain à Massada ?? Et bien c’est des missions de l’archange a eu sur terre.
Gabriel Van Helsing levât les yeux vers elle.
--Et bien dans se cas je suis désoler de vous avoir causer toute sortes….problèmes par le passer.
--Vous n’avez pas a vous excuser, dit Antoine, les ordres venait d’en haut, vous n’aviez pas le choix. Mais si cette attaque est mener contre votre père par une autre personne que notre chasseur ici présent, vous devez faire très attention Katrina. Le loup-garou pourrait s’attaquer a vous.
--Si se n’est que cela je m’occuperait de sa sécurité.
--Eh ! Vous avez pas fini j’ai pas la même faiblesse que mon père, les Lycan ne me font rien. Je suis bien plus « immortelle » que lui.
--Mais on se sais jamais vaut mieux être prudent. Il faut vous protéger.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité
MessageSujet: Re: Prophétie de Minuit   Dim 22 Jan - 16:03

Chapitre VI : la prophétie

Arriver chez elle au soir, Katrina avait bien l’intention de parler avec son père qu’il ne le veule ou non. Mais d’après Ulrich il était partie chasser, enfin il s’était décider, au moins elle avait la sûreté qu’il ne mourrait pas de faim. La jeune femme dût attendre jusqu’au petit matin pour le voir rentré. A peine avait il mit son pied dans le salon qu’elle le mit dans un fauteuil et se mit en face de lui.

--Il faut qu’on parle que le vous le vouliez ou non. Alors numéro un : j’ai dit a Van Helsing qui il était vraiment et sa risque d’être un atout. Et de deux, on sais que ses attaques, elle vous vise, il semblerait que la personnes voudrait vous tuer a petit feu et d’abord s’attaquer au personnes a qui vous tenez. Gabriel a donc décider de me mettre sous garde rapprocher se qui m’enchante pas pour vous protéger et découvrir qui veut vous nuire.

Dracula la regardât longuement avant de répondre, la fixant de ses yeux bleus profonds.

--Je voie que fait du bon travail, je suis fier de toi. Mais si tu dit vrai je suis de l’avis de Gabriel, il faut te protéger.
--Quoi ?? Mais moi je ne crains pas les Lycan par rapport a vous leurs attaque ne me font rien alors que vous cela vous tuerait !!
--Oui mais comme tu a découvert leurs secret la dite personne serait presser de se débarrasser de toi.

Katrina soupirât, puis déposât un baiser sur la joue de son père avant de monter dans sa chambre se reposer. Sur les coups des 10h00 elle reçut un mot comme quoi Van Helsing avait fait une découverte, apparemment il était toujours aussi efficace. Le mot lui demandait de le rejoindre lui et Antoine a la lisière du bois de Boulogne. Katrina mit une bonne heure a les rejoindre, sur place la reconnut au loin la silhouette unique de Van Helsing avec son grand manteau et son chapeau.

--Regarder se qu’on a trouvé, lui lançât Antoine a son arrivé.

La demi-vampire regardât là où pointait le mortel, et vit comme une espèce de cabane ou plutôt un endroit où dormir tout en étant protégé de la pluie. L’endroit empestait le chien mouiller, alors qu’aucune trace de chien n’était présente. Katrina s’approchât et vit au milieu des lingues qui formait une couche, un morceau de parchemin, où il y avait une écriture fine.

--C’est du latin je suis incapable de le lire, dit Katrina et donnant le parchemin a Van Helsing.
-- « La vengeance viendra du sang. L’oublier refera surface et la bête pourra se venger. C’est dans le sang que tout se cèlera. La bête tuera des innocents, l’immortel tuera la bête et l’oublier l’immortel. Ainsi l’équilibre reviendra au ciel et sur la terre ». Vous savez se que c’est ??
--Cela ressemble à une prophétie. Murmurât Antoine.
--Cela en est une. Elle a été faite il y a de cela plusieurs siècle. Quand Gabriel a eu les ailes de couper par Dieu. On l’appel la prophétie de minuit. En gros elle dit que lorsque Gabriel redeviendra lui-même, pour regagner sa place dans le ciel, Drac doit tuer le premier Garou donc tout les autres puisque qu’ils sont lié par le sang, et que Gabriel doit le tuer pour retrouver sa place. Lorsqu’on a entendu parler de cette prophétie on ne voulait pas y croire car la mémoire de Gabriel avait été effacer. J’aurait pas dût tout vous dire, si j’avait sût que cela conduirait a la mort de mon père.
--Oh non même sans vous cela serait arriver, dit une voix derrière.

Se retournant Katrina entendit juste un coup de feu et tout devînt noir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Prophétie de Minuit   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prophétie de Minuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Premier entrainement [Nuage de Minuit]
» Discution avec une Menthe (PV. Nuage de Minuit et Petite Menthe)
» Une visite, un rêve, un chat, une destinée. (PV Minuit Sans Etoile)
» Une Sombre Prophétie...[Liibre]
» La prophétie de l'ange démoniaque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Of Camelot ::  :: 
Galerie d'Art
 :: 
l'Art de l'Ecriture
-