Reprise en main du forum ─ Les inscriptions sont interdites !
Pour toute réservation d'avatar, vous avez la possibilité de poster dans la section invité !

Partagez | 
 

 I didn't mean to scare you !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité Invité
MessageSujet: I didn't mean to scare you !    Dim 15 Jan - 15:17


(c)Tumblr
« Du dessin ? Tu ne voudrais pas devenir danseuse étoile tant qu’on y est ? Ou peut-être préfèrerais-tu finir sous un pont ? Comment veux-tu vivre en pratiquant le dessin … Mon fils, tu rêves ! »

Léo se redressa brutalement dans son lit, son front était trempé de sueur et ses yeux étaient écarquillés. Son pouls s’était emballé et il avait eu l’impression d’étouffer, une nouvelle fois, il avait rêvé d’un souvenir … Le jour où il avait annoncé à son père que la politique n’était pas pour lui, qu’il voulait vivre de son art. Le jeune homme repoussa d’une main les draps qui le recouvraient, pourquoi faisait-il si chaud tout à coup ? Il réalisa ensuite un autre détail … Ses pieds venaient de se poser sur un sol dur et froid, son regard fit le tour de la pièce. C’était magnifiquement décoré comme dans une vieille église ou dans un monastère. Cependant, cet endroit n’avait rien d’un lieu de culte ! C’était un château, le château Royal de la célèbre Camelot.

Ce n’était donc pas un rêve, cela plusieurs jours que Léo s’endormait dans ce grand lit qui ne lui appartenait pas en se disant qu’il allait se réveiller au vingt-et-unième siècle, à quelques minutes de son cours de dessin du matin. Mais tous les jours, il ouvrait les yeux dans cette chambre qui n’était pas la sienne, qui faisait partie de cet immense château ancestral ! Léo avait l’impression de rêver mais tout lui paraissait si réel ! Quand il se blessait, son sang coulait et la douleur apparaissait comme s’il souffrait pour de vrai. Ici, il n’y avait pas de fenêtres … Juste une fine ouverture dans le mur autrement dit, le matin il faisait plutôt frais. Léo se dirigea vers cette ouverture pour jeter un regard au loin. Que faisait-il ici, sérieusement ?


« Vos vêtements, Monsieur ! »

Il se retourna brusquement, ne s’attendant pas à ce que quelqu’un ne débarque dans sa chambre. Au vingt-et-unième, personne ne s’autorise à entrer et déposer vos vêtements propres sur votre lit … Excepté votre mère peut-être ! Ici, c’était une jolie demoiselle qui devait avoir son âge et qui n’avait définitivement rien de sa mère. Léo se sentit soudainement extrêmement gêné, face à cette jeune femme uniquement vêtu de son caleçon noir. Il hoca d’un mouvement de tête et remercia d’une petite voix la servante qui s’en alla comme elle était venue. Sans doute devait-elle le trouver étrange ! Lui qui avait débarqué au château vêtu de la plus étrange des manières … Léo bénéficiait d’une belle position ici à Camelot, tout le monde semblait penser qu’il était de famille avec le Roi d’il ne savait quelle contrée ! Et pour cette raison, on le considérait avec beaucoup d’égards et on se montrait très courtois avec lui.

Il enfila le pantalon marron qu’on lui avait apporté et la chemise rouge, les vêtements ne ressemblaient en rien aux siens mais Léo se disait que mieux valait se fondre dans le décor ! Personne ne portait de marcel blanc tâché de peinture ou de jeans déchirés au Moyen-Âge … Léo s’observa dans le miroir, il ressemblerait presque à un des leurs ! Un sourire s’afficha sur son visage, aujourd’hui, il avait décidé d’aller découvrir ce royaume. Léo quitta donc sa chambre et se dirigea vers la salle à manger, il mangea en compagnie de beaucoup d’autres personnes, tous des nobles ou des proches du Roi. Puis après le repas, Léo quitta le château sans prévenir qui que ce soit et s’éloigna en direction de la forêt. Camelot était une citadelle immense et chaque recoin le faisait rêver, il avait l’impression d’être dans l’une de ses séries qu’il regardait parfois en zappant à la télé !

« Excusez-moi ! »

Léo avait bousculé une femme, bien trop occupé à observer les maisons et les bâtiments ! Et avant même qu’il ait eu le temps de s’excuser, elle s’était empressée de le faire avant lui … Ici, la hiérarchie sociale sévissait plus que jamais. Les riches avaient une influence sur les pauvres, c’était bien triste mais c’était comme ça ! Le jeune homme tâcha de se montrer courtois avec elle et lui adressa un charmant sourire tout en la rassurant, c’était de sa faute. Elle parut surprise qu’un « noble » se montre sympathique à son égard aussi répondit-elle à son sourire en se décontractant, cessant de baisser les yeux au sol. Léo espérait ne pas trop en rajouter lorsqu’il s’éloigna en lançant à la jeune femme :

« Passez une bonne journée ! »

Pour toute réponse, elle lui accorda une espèce de petite révérence très polie qui le fit sourire. Les gens de Camelot étaient vraiment sympas ! Léo les aimait bien, il se sentait bien dans cette citadelle mais un million de questions le taraudaient. Que faisait-il ici ? Pourquoi lui ? Qu’avait-il fait pour se retrouver au Moyen-Âge ? Il marchait tranquillement et atteignit finalement la forêt, avoisinante de la ville. Il s’y aventura, ignorant totalement qu’on ne se balade pas dans de tels endroits à cette époque qu’à la sienne ! En 2012, on ne risque pas grand-chose en se baladant en forêt si ce n’est se perdre … Ou au pire, croiser un sérial killer ! Mais au Moyen-Âge, les hors-la-loi peuplaient les bois et n’attendaient qu’une belle occasion pour débarquer et piller.

Léo entendit du bruit non loin de lui et fut poussé par sa curiosité naturelle à se diriger vers l’origine du bruissement. En écartant de la main un buisson, il assista alors à la scène la plus troublante de toute son existence … Une jeune femme, agenouillée auprès d’un animal blessé, semblait le soigner par incantations, les mains tendues vers le corps meurtri de la bête. Plusieurs fois, Léo avait entendu parler de magie à Camelot ! Et il connaissait la réputation des chasses aux sorcières à cette époque mais pour lui, ce n’était que fabulations et divagations. Or juste sous son nez, une inconnue soignait à la seule force de ses dons un animal à l’article de la mort. Sous le choc, le jeune homme trébucha et se rattrapa de justesse à une branche, provoquant un boucan pas possible surtout lorsque son pied écrasa une grosse pierre et qu’il poussa un juron.

« Euh … Désolé je ne voulais pas vous faire peur ! »

Et voilà … Il avait tout gagné maintenant ! Elle allait lui jeter un sort, à tous les coups ! Le jeune homme grimaça, son pied lui faisait mal à présent.

*Saleté de pierre !*

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité
MessageSujet: Re: I didn't mean to scare you !    Mer 18 Jan - 20:03




Léo et Kristen. Protéger sa vie, face à l'inconnu.




J'ai décidée de fermer le magasin pour aujourd'hui, car pour être honnête, je suis déjà à court de plantes et d'herbes pour faire mes potions, enfin décoction de plantes car si les gens savaient que je suis une vraie sorcière, doublée d'une guérisseuse, je serais arrêtée, condamnée et brulée sur le bûcher. J’en eus des frissons, rien que d’y penser. Je ne veux pas mourir si jeune, j’ai encore plein de choses à apprendre sur la vie et ses méfaits. Puis, je dois rencontrée aussi mon âme-sœur, quoique je l’aie déjà rencontrée. Il s’appelle Victor, c’est un jeune homme de mon âge, très craquant. Il vit à côté de chez moi et vient souvent me rendre visite pour m’acheter ma marchandise. A chacune de nos rencontres, j’ai mon cœur qui bat à 200 à l'heure et son sourire me fait perdre mes moyens et ses compliments me font rougir de honte. Il est le seul homme qui fait baisser mes gardes et je serais prête à lui révéler mon identité au péril de ma vie. Vous devez vous dire que je suis folle, mais pourtant, c’est les effets de l’amour, je suis amoureuse de Victor, mais hélas je ne sais pas ce qu’il pense de moi. En tout cas, je sais qu’il est célibataire, depuis que sa colocataire, Suvi, me l’a révélée. Je suis si heureuse que j’avais sautée de joie et que j’avais offert mes plantes gratis à certains clients.

Mon commerce marche bien depuis que je me suis installée à Camelot, il y a quelques semaines. L’argent rentre bien et je n’aie pas une minute à moi, faut dire étant seule, je fais tout, toute seule, mais je n’aie pas à me plaindre. Je me sens bien, parfois il arrive que des chevaliers ou la garde du roi Uther vient me voir, j’essaie alors d’être la plus naturelle possible, car ces derniers ne devaient pas douter de ma nature de sorcière. Mais hélas, il arrivait que des soldats viennent m’embêter et essaient de me conquérir, mais je ne me laisse pas faire. Je suis une fille libre et indépendant, je sais ce que je veux dans la vie, et rien ni personne ne me mettra des bâtons dans les roues. Mais heureusement, ils sont peu nombreux, ces gens là.

Bref, j’ai décidée de fermer le magasin et de partir dans la forêt pour chercher des plantes. La forêt est calme, personne qui se promène. Faut dire, la forêt peut être dangereuse pour les gens qui ne savent où mettre les pieds. Mais bon, parfois les gens ont peur pour rien croyant que des démons se cachent dans les arbres ou dans les animaux de la forêt. Pure connerie, le diable n’existe que dans le cœur des gens qui sont cupides, cruels et méchants. Ces personnes n’hésitent pas à faire souffrir les leurs pour avoir ce qu’ils veulent. Ça me répugne, mais qu’est ce que je peux faire ? Rien.

J’arrête de penser à ça et cueille mes herbes et plantes dont j’ai besoin. Je passe vingt minutes à tout trouver, quand ce fut fait, je décide de rentrer chez moi. Il commence à faire froid, puis le soleil tombe, annonçant la nuit. Je marche à travers les buissons, quand j’entendus un gémissement d’un animal qui a l’air blessé. Je ne réfléchis pas à deux fois et m’avance vers ce petit cri. Je traverse les buissons pour atterrir devant une louve blanche blessée à cause d’un piège à loup. Je cours vers la louve et m’accroupis à ses côtés. Elle grogne, mais j’arrive à la calmer avec des paroles douces et calmes :

- Ça va aller ma belle, je vais te soigner.

Je vis alors le piège à loup, et ceci me répugne. Comment peut-on faire du mal à un pauvre animal sans défense. En plus, l’animal a l’air jeune, pas plus de deux ans. J’enlève le piège et le balance dans la rivière à côté. Je prends un morceau de soie que je mets dans l’eau pour le mouiller et l’appliquer sur la blessure, pour la nettoyer. La louve se laisse faire sans broncher, sentant que ça lui fait du bien. Je souris alors qu’elle me lèche la main pour me remercier :

- De rien ma belle. Écoute je vais te soigner à l’aide de ma magie, tu ne dois pas être surprise. Ça va sans doute faire un peu mal, mais après tu seras complètement guérie.

Je la caresse doucement, avant de poser mes mains sur la blessure. Je prononce l’incantation de guérison, mes mains deviennent bleues et la blessure se referme. Je souris, contente d’avoir guérir la louve. Elle se relève et me saute dessus pour me remercier :


- Merci ma belle, c’est normal.


Soudain, j’entendis une branche se briser, je me retourne de peur pour voir un jeune homme, du même âge que moi, me regarder avec peur et angoisse. Il a les yeux marron et les cheveux bruns. Je vois dans ses yeux, qu’il m’avait vu soigner la louve. Je ne sais pas quoi faire, utiliser mes pouvoirs et le laisser partir. Il me dit alors qu’il ne voulait pas me faire peur. C’est un peu raté, car là je suis morte de peur, à l’idée qu’il me dénonce :

- C’est un peu raté, jeune homme. Je peux savoir ce que tu as vu ?

C’est un peu, une question idiote, car je sais très bien qu’il m’a vu, mais bon, qu’est ce que je pouvais dire. Peut être le mettre en garde :

- J’espère pour toi, que tu ne vas rien dire de ce que tu as vu ?

Revenir en haut Aller en bas
 

I didn't mean to scare you !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» EFFIE ☽ Normal people scare me. feat/GILLIAN ZINSER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Of Camelot ::  :: 
Les Oubliettes
 :: 
Topics
-